cows 68600 1920Avec une température moyenne de 12,6 °C sur les 15 premiers jours de novembre, la France a connu une première quinzaine de novembre la plus douce depuis au moins 1947. Cette douceur automnale a permis une bonne pousse d’herbe. Un coup de pouce bienvenu pour ceux dont les stocks ont déjà été entamés durant cet été sec. Prolonger le pâturage et continuer de valoriser l’herbe en hiver ? C’est possible !

« Le pâturage en hiver n’affecte pas la production d’une prairie, au cours de la saison, sur l’année et dans la durée » ce constat a été confirmé par les résultats du projet Perpet mené par le réseau des CIVAM. D’après l’étude réalisée, il est possible de faire pâturer des prairies d’âges et de sols variés durant l’hiver sans accélérer le vieillissement de la prairie, c’est-à-dire sans dégrader la flore ni perdre en densité du couvert.


Quelques points de vigilance cependant :

  • adapter le chargement instantané et / ou la durée du séjour et / ou le type d’animaux
  • rentrer les animaux lorsque la portance n’est plus suffisante (trous de plus de 10 cm dans la prairies)
  • ressortir dans des conditions météo opportunes : quelques jours peu pluvieux avant la mise au pâturage, pas de gel. Viser un temps de repos de 2 mois par parcelle.

Ce pâturage permet de réduire les coûts de la ration d’hiver : réduction des achats de correcteurs azotés, amélioration des rations d’hiver peu productives. Même pour quelques heures, dès que le sol porte et que les chemins le permettent, il ne faut pas hésiter à pâturer !