La transmission des fermes est un enjeu essentiel pour le milieu agricole et pour cause : aujourd’hui un tiers des agriculteurs normands ont plus de 55 ans ! Dans le Pays de Bray, le chiffre est encore plus important puisque c’est entre un tiers et la moitié des agriculteurs qui vont partir à la retraite dans les 5 prochaines années (source : agriscopie normandie juin 2021). Une transmission, qu’elle soit familiale ou hors cadre familial, permet de maintenir la ferme, l’emploi local, les filières de proximité et le dynamisme du territoire. Faute de repreneurs et repreneuses, les fermes partent généralement à l’agrandissement, ce qui contribue souvent à orienter les terres vers des pratiques moins vertueuses et à une évolution des paysages.

Des portes ouvertes dans des fermes pour sensibiliser sur la transmission

Dans le cadre des Contrats d’Objectifs avec la Région, les structures d’accompagnement à l’installation et à la transmission ont organisé deux semaines de portes ouvertes sur la transmission à destination de futurs cédants, à travers toute la Normandie.


Le Réseau des CIVAM Normands a ainsi organisé deux rencontres : une chez Cyril Lebaudy ( reprise ferme laitère hors cadre familial avec une transition technique importante, Manche)et une autre chez Gautier Fihue (Ferme du Temple, transmission familiale avec changement de système, Seine-Maritime). Lors de cette deuxième porte ouverte, Gautier et son père (le cédant) ont témoigné de la façon dont s’est déroulée leur transmission et donné leurs conseils pour que cette transition soit la plus sereine possible.

 

Le public agricole n’est pas au rendez-vous

L’objectif était de sensibiliser les agriculteurs sur l’importance de prendre un réel temps de recul sur le futur de leur ferme, et de leur retraite à venir. Et pourtant, seulement 3 agriculteurs ont participé à la porte ouverte Transmission à la Ferme du Temple et d’autres portes ouvertes ont dû être annulées, faute de participants. Pourtant, la communication a été large, très large…


Est-ce un désintérêt du devenir de leur ferme ? Pensent-ils que leur ferme n’est pas transmissible ? Trop capitalisée ? Ont-ils déjà tous trouvé un ou une repreneuse ? Pensent-ils qu’il leur sera nécessaire de vendre au plus offrant ,même pour de l’agrandissement, afin de se dégager une retraite décente ?
Il existe pourtant d’autres solutions pour être actif dans sa transmission et permettre à des jeunes ou moins jeunes de s’installer, mais le message ne trouve pas encore son public.

 

L’association continue son combat en faveur des transmissions anticipées

Le Réseau des CIVAM normands, tout comme Gautier et François Fihue, restent convaincus que toute ferme est transmissible et que l’anticipation est essentielle. Transmettre sa ferme est le début d’un nouveau projet, d’une nouvelle vie et non une fin en soi.


Peu importe le stade de sa carrière, tout agriculteur peut contacter le Réseau des CIVAM normands pour un rendez-vous individuel sur le sujet ou participer à des formations. Les prochaines auront lieu en Seine-Maritime/Eure les 10, 11 et 22 mars 2022 (contacter Lison Demunck – 02 32 70 43 57), et courant 2022 dans la Manche/Orne/Calvaldos (contacter Laurine magnier 02 31 68 80 58 pour plus d’infos).

 

 

 RCN transition RVB pour le web