Bilan du projet TRANSAE

LogoTransae

Après trois ans et demi de travail, le projet de recherche Transaé (Transformations du travail et Transitions vers l’Agro-Ecologie) autour de l’approche travail en agriculture  touche à sa fin.

La journée de restitution des travaux du 7 avril ne pourra malheureusement pas avoir lieu, en raison du confinement. Mais, nous vous proposons un webinaire le 11 mai (+ d'infos). En attendant, nous profitons de ce numéro du Panse-Bête pour revenir sur le projet et les nouveautés qu’apporte la démarche travail. Cet article complète un premier article qui avait été rédigé dans le Panse-Bête en mars 2019.
Nous avons fait le constat durant ce projet collectif que les questions travail (pénibilité, équilibre vie professionnelle/vie privée, sens du métier...) n’étaient encore que très peu prises pour objet, que ce soit par les agriculteurs ou par les acteurs du monde para-agricole. Alors qu’elles traduisent un décalage entre le système souhaité par l’agriculteur-trice et la ferme telle qu’elle est réellement, ces questions centrales sont souvent limitées à une question de temps de travail.
Il y a donc besoin d’amener un autre regard et donc des outils pour approcher les différentes dimensions du travail en agriculture et notamment dans les systèmes herbagers !


Parmi les questions que nous avons travaillées durant ce projet et qui seront posées pendant les restitutions, en voici quelques-unes centrales :

  • Pourquoi est-il indispensable en tant qu’agriculteur d’identifier ses questionnements travail ?
  • En quoi le travail est-il une porte d'entrée pertinente pour initier et accompagner la transition des personnes et des collectifs vers une agriculture plus durable ?
  • Quels outils et méthodes pour accompagner sur les questions liées au travail sur les exploitations ?
  • Comment donner une place au travail en formation initiale ?

Eleveur en bâtimentCes questions nous ont amenés à travailler sur l’entrée “travail” auprès de plusieurs corps de métier.
Les agriculteurs-trices (et futurs agriculteurs-trices d’autant plus) en premier lieu, pour pouvoir s’outiller face aux questions qui se posent à eux et refaire un point sur l’articulation entre leurs objectifs personnels, professionnels (valeurs, normes professionnelles, “travail bien fait”) et la ferme dans laquelle ils évoluent. Quatre éleveurs laitiers normands en réflexion sur leur travail ont participé au projet.
Ensuite, tous les animateurs, techniciens, conseillers, c’est-à-dire les accompagnateurs du monde agricole. Le travail étant au centre des systèmes de production, c’est un volet incontournable à prendre en compte pour réfléchir sur les choix techniques. Il est donc aussi une excellente entrée pour aller vers l’approche système. Pour les accompagnateurs de l’installation agricole, il est donc tout aussi incontournable d’amener les porteurs de projets ou agriculteurs-trices en cours d’installation à anticiper les questions travail.
Dans la continuité, c’est aussi un changement de regard pour les enseignants. Les élèves étant de plus en plus amenés, dans leurs cursus, à analyser des situations concrètes de travail, il est donc essentiel de pouvoir outiller formateurs et enseignants pour aborder la diversité des dimensions du travail avec les futurs installés.


Pour ces différents publics, les participants au projet Transaé ont conçu des productions variées :

  • des vidéos d’accompagnement travail pour agriculteurs et futurs agriculteurs,
  • des fiches mémo pour les animateurs (Accompagner la résolution des problématiques de travail dans des collectifs de travail, Initier une réflexion travail dans un groupe d’éleveur.ses, Tracer les évolutions du travail pour faciliter leur accompagnement),
  • une formation à destination des animateurs,
  • une formation à destination des enseignants/formateurs…

Derrière toutes ces productions, il y a donc des outils qui peuvent vous servir pour mieux identifier vos questionnements sur le travail et ensuite avoir des clés pour y répondre.

Si tout cela fait écho à des questions que vous avez sur votre ferme (en journées de groupe autour du travail, on se rend compte que tout le monde en a !), rendez-vous à la restitution et contactez-nous pour voir les possibilités qui existent en matière d’outils que vous voudriez découvrir ou d’accompagnement.

Pour plus d’infos :


En bonus, une citation d’une éleveuse haut normande ayant participé à une journée de groupe sur le travail en mars :
"Je repars avec plein de questions et de choses à discuter avec mon mari. Le fait d'échanger, il n'y a rien de mieux. Quand on est dans sa ferme, on a toujours quelque chose à faire, et puis souvent on est seul, il faut le dire. Il faut se donner du temps pour aller aux réunions car ce n'est que du bonus."