Chaque année la décision de sortir les animaux est difficile : est-ce qu’il y a assez d’herbe ? Est-ce que je ne risque pas d’abimer la parcelle ? Est-ce qu’il ne risque pas de geler ? Cette année vient s’ajouter à toutes ces questions celles soulevées par les conditions particulièrement humides : est-ce que c’est assez portant ? Et lorsqu’une parcelle semble sécher, va-t-elle le rester encore longtemps ? Voici quelques repères pour vous guider dans votre prise de décision.

Qu’est-ce que le déprimage ?

paddocksComme chaque année, l’objectif est de mettre les animaux à l’herbe le plus tôt possible : dès que les sols sont suffisamment portants. Le cheptel effectue alors un déprimage (= premier tour de pâturage tournant) sur l’ensemble de la surface en herbe : tous les paddocks doivent être pâturés ras (3-4 cm), y compris ceux destinés à la fauche. Lorsque le déprimage se termine, il faudra essayer d’être passé dans toutes les parcelles, y compris celles destinées à la fauche.

Ce premier tour va générer un décalage dans la pousse de l’herbe : on parle de pousse en « escalier ». Au 2e tour, les différents paddocks n’atteindront pas le stade idéal de pâture en même temps, ce qui permettra de toujours pâturer une herbe de qualité et d’éviter le gaspillage.

Ce déprimage permet :

  • de nettoyer la prairie des refus de l'automne et des repousses d’hiver, réservoirs de rouille et autre pathogènes
  • au trèfle d’accéder à la lumière ;
  • de favoriser le tallage des graminées et retarder leur date d’épiaison = souplesse d’exploitation
  • créer un décalage de pousse entre les paddocks
  • faciliter la transition alimentaires des vaches
  • constituer un "petit plus" dans la ration des animaux
  • limiter la consommation en stocks et en paille
  • et par conséquent diminuer la charge de travail

Mais comment je sais si c’est suffisamment portant ?

Il ne faut pas hésiter à sortir les bêtes dès que le sol est portant. La portance est le critère principal qui décide de la mise à l’herbe. On entend parfois « Mais il n’y a pas encore d’herbe à pâturer, ça ne pousse pas… ». Et bien justement c’est précisément avant que l’herbe ne commence à pousser qu’il faut sortir pour faire le déprimage (ou pâturage précoce).

A la mise à l’herbe, les animaux peuvent marquer la prairie. Jusqu'à 8/10 cm, les trous sont supportables et ne pénaliseront pas la repousse. Dans la mesure du possible, l’ensemble des paddocks sera déprimé au 15 avril.

En condition humide, il ne faut pas hésiter à se montrer opportuniste si l’organisation du parcellaire le permet (prairies proches des bâtiments) : on peut sortir les animaux quelques heures par jours lorsque la portance le permet et les rentrer si suite à une pluie, la portance s’est dégradée !

Si vos prairies sont éloignées des bâtiments (par exemple pour des bovins allaitant ou ovins viande), il est aussi possible d’alloter les animaux pour jouer sur la pression sur la parcelle : si on a un doute sur la portance d’une parcelle, commencer le déprimage avec un petit lot qu’on peut rentrer facilement si la parcelle s’abîme. Puis on complète progressivement ce lot au fur et à mesure que la portance s’améliore.