Retour d'expérimentation

Contexte et objectif

velages groupesGérard s’est installé en 2012, à la suite de ses parents et décide de changer complètement la stratégie de l'exploitation en mettant en place un système économe et pâturant en vêlage groupés de printemps (type Néo-zélandais).

Les objectifs de la mise en place de cette pratique sont :

  • Être autonome à 100%
  • Réduire les charges au maximum
  • Se dégager du temps libre et du revenu

Plus spécifiquement, grouper des vêlages permet de :

  • Réduire le coût alimentaire au maximum grâce à une valorisation optimale de l’herbe
  • Réduire le temps de travail (1h de travail d'astreinte l'hiver), grâce au tarissement de tout le troupeau laitier l'hiver

Description - Mise en oeuvre

  • Vêlages groupés du 15 février au 15 avril afin de synchroniser la pousse de l'herbe et le pic de lactation des vaches laitières. Objectif : 70 à 75 % des vêlages concentrés sur 3 semaines
  • Sélection génétique adaptée au système (+ de rusticité, fertilité et précocité)
  • Parcellaire groupé et une bonne maitrise du pâturage 

La clé du succès, c'est de mettre en adéquation les vêlages avec la pousse de l'herbe, plus les vêlages seront groupés en début de printemps, mieux on valorisera l’herbe pâturée. Ici, 75% de la ration annuelle des vaches est couverte par de l’herbe pâturée (le reste est uniquement constitué de foin ou d’enrubannage).

Les vaches qui ne se retrouvent pas gestantes sur les bonnes périodes sont réformées.

Chez Gérard, il y a peu de problème d’infertilité, il assure le coup en utilisant les IA ( 70% de réussite en 1ère IA) et un taureau.


Résultats

Grâce à cette gestion Gérard peut gérer ses vaches laitières sans un seul kilo de concentré, son coût alimentaire est donc seulement de 25 à 30 € / 1000L.

En gros, il n’achète que 1000 L de fioul et 2 camions de paille par an, d’où une autonomie et une efficacité économique très élevées :

  • Marge Brute Globale / Produit d’activité de 92% (très peu de charges opérationnelles)
  • Valeur Ajoutée / Produit d’activité de 67% (production de richesse importante par rapport aux biens et services consommés pour produire)

Ce système permet aussi une rémunération par heure de travail très importante avec plus de 2 SMIC de revenu disponible généré par heure de travail.


Reproductibilité

Pour pouvoir mettre en œuvre cette pratique il est préférable d’avoir un parcellaire groupé autour des bâtiments permettant d’avoir une grande surface accessible au pâturage pour les vaches laitières.

Il est important d’avoir une situation financière saine et des annuités modérées pour mettre en place un système allant aussi loin dans l’autonomie et l’économie. Il faut aussi penser à la trésorerie qui doit pouvoir faire face à un arrêt de traite l’hiver

Enfin, il faut être très rigoureux et compétent dans la gestion du pâturage et avoir des animaux sains et rustiques pour éviter une trop grosse perte d’état ou des soucis de fertilité.


+ d'infos : Clémentine Schmit

Téléchargez la fiche complète ici

signature CO3